Séville

 

 

L’avenue, Jean-paul II  (et j’en retiens un), qui longe un gigantesque champ de foire, réservé à « la féria » d’avril, nous a conduit à l’immense parking pris entre le champ et la station de métro: « Blas Infante ». Nous voilà à Séville, au goût d’orange et aux parfums d’Afrique et de soleil…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.